ÉCOLE ÎLE DES SOEURS DANS LE PARC DE LA FONTAINE – DES ARGUMENTS MOUS ET QUELQUES PRÉCISIONS

20 Oct
0_94431_8be3f609_xl

Il y a urgence pour la nouvelle école

Certains sites pour la nouvelle école ont été écartés pour la simple raison que leur choix entraînait un retard de 9-12 mois à cause de vagues contrats d’emphytéose. Il importe ici de faire un rappel sur l’histoire de l’école primaire de l’Île-des-Soeurs. Au début des années 70, c’est dans des roulottes que les classes se faisaient et ce durant plusieurs années. Les classes étaient à niveaux multiples. Loin d’être la misère, les enfants de cette époque, maintenant adultes, en parlent aujourd’hui avec émotion comme des années merveilleuses. Après la construction de la première école primaire il y a eu deux épisodes pendant lesquels on a eu recours à des roulottes comme prélude à des agrandissements. Et personne n’est mort. Les jeunes se sont serré les coudes et deux ans plus tard ils avaient tout l’espace qu’il leur fallait. Est-ce un si grand sacrifice que d’avoir recours à une situation temporaire pendant un an ou deux pour conserver un espace vert qui sera encore là dans 100 ans ?

L’appui de l’APRIDS

Le président Pierre-G Jobin a d’abord publiquement déclaré qu’il penchait contre l’implantation d’une école dans le parc de la Fontaine. Puis, le Monsieur a mis les deux pieds à côté de ses bottes. La position que l’APRIDS a prise au sujet de la future école primaire à l’Île des Sœurs, pour le moins surprenante, est en totale contradiction avec toutes les revendications ou prises de position qu’elle a mises de l’avant depuis sa fondation. Cette orientation surprise, c’est-à-dire sacrifier des espaces verts, aurait dû au moins faire l’objet d’un débat et d’une résolution en assemblée générale. Peut-on aussi souligner qu’un des administrateurs de l’APRIDS joue sur deux tableaux à la fois, le comité pour la nouvelle école et celui de l’APRIDS? Les administrateurs mériteraient d’être destitués pour avoir détourné la mission de l’organisation sans l’accord de ses membres.

L’autobus

Plusieurs parents s’élèvent contre l’éventualité que leur enfant fasse momentanément de l’autobus pour fréquenter une école de Verdun. Ils ne veulent pas que leur enfant perde du temps dans le trafic. Le trajet vers l’école temporaire la plus éloignée, Notre-Dame-de-la-Garde, est un périple de 11-12 minutes, celui vers l’école la plus rapprochée, Notre-Dame-de-la-Paix, en est un de 8-9 minutes. C’est de beaucoup inférieur à la moyenne de temps que de nombreux enfants font à la grandeur de la province. Est-ce si cher payer pour la sauvegarde d’un espace vert ?

Une école de marcheurs

L’Île-des-Soeurs est petite et en fait tout se marche. 15-20 minutes d’exercice  deux fois par jour n’est-il pas salutaire pour la petite génération des iPod Touch, xBox, PSP et j’en passe? Curieusement aussi, plusieurs parents de l’île semblent peu enclins à la marche si on observe ce qui se passe en périphérie des terrains de soccer. On prône l’exercice, mais c’est en auto qu’on s’y rend pour en faire. Une école de marcheurs, permettez-moi d’en douter.

Le parc à chiens

Le parc à chiens est d’abord fait pour les humains, pitou n’y va jamais seul. C’est un lieu de rendez-vous pour les maîtres. C’est un lieu de flânerie en totale symbiose avec la mission d’un parc ou d’un espace vert. Les biens pensants, administration Trudel et parents désespérés, vont-ils bientôt prôner l’abolition des terrains de tennis sous prétexte que les gens ne font que frapper des balles ?

Le projet d’école dans le parc de la Fontaine comble tous les besoins

Les données de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys indiquent que dès 2015 on va devoir encore construire une autre école. Qu’est-ce qu’on fera rendu là? On recommence le remplissage dans le fleuve comme dans les années 50 (40% de la superficie de l’île des Sœurs est constituée de remplissage)? On bétonne ce qui reste du parc de Lafontaine? C’est maintenant qu’il faut agir. Les urbanistes et les politiciens ont lamentablement échoué dans leur tâche. Par chance, il y a des terrains disponibles sur l’Île-des-Soeurs. Verdun doit agir dans l’intérêt commun, tant celui des parents désespérés que celui de ceux qui veulent préserver les espaces verts. Les besoins en terrain et infrastructures communautaires de l’Île-des-Soeurs n’ont jamais été comblés. Les insulaires sont en déficit par rapport à ce dont Verdun (sur l’île de Montréal) dispose. Les plus clairvoyants avouent maintenant sans la moindre gêne que oui, le parc de la Fontaine devra être sacrifié définitivement après 2015.

On s’installe dans le stationnement du parc de la Fontaine

Ouf, c’est surtout pas là que les désespérés se sont attablés lorsqu’ils ont fait leur grand pique-nique pour pour appuyer l’arrondisement Verdun dans sa croisade pour la destruction d’un espace vert. D’ailleurs, si les urbanistes ont fait un mauvais travail en dessinant un stationnement trop grand, c’est qu’il faut le rapetisser. On se doit de corriger l’erreur, pas de faire une bêtise. Si quelqu’un laisse sa voiture débarrée, ça ne vous donne pas le droit de la voler.

C’est un problème de voisinage

On entend beaucoup cet argument … de la bouche des gens en faveur de l’école dans un parc. Pour peu que l’on écoute les gens qui sont contre la construction d’une école dans le parc de la Fontaine, on se rend compte que le problème est plus profond que ça. Les gens tiennent à l’espace vert, et veulent qu’il en demeure ainsi. Le hasard veut que ce soit près des Verrières, un projet immobilier dont la moyenne d’années de résidence de ses résidents sur l’île est la plus élevée. Comme on dit, les gens ont eu le temps de voir neiger et sentent venir Verdun avec ses gros sabots. Ils sont cyniques et méfiants. Le maire Claude Trudel reste d’ailleurs bouche bée lorsqu’on lui demande ce qu’il fera en 2015 pour accommoder encore plus d’enfants selon les besoins aujourd’hui définis par la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys. Le serpen
t se défile et répond qu’il ne sera plus là. Beaucoup de gens en dehors des zones contiguës, et j’en suis, sont tout autant outrés par le comportement de Verdun vis-à-vis les espaces verts et n’ont d’autre choix que de s’en remettre à leurs concitoyens des zones contiguës pour signer le registre et préserver le parc de la Fontaine.

Un comité a bonifié le projet

Le comité s’est d’abord fait dire que le carré de sable était le même: parc de la Fontaine, point à la ligne. Pas de site alternatif. Les recommandations sont de la dentelle et ne changent pas la réalité. On convertit un espace vert en école. Personne n’est dupe.

Les gens qui sont contre le projet d’école sont contre les enfants

Dire cela relève de la démagogie. Justement chers enfants. On vous garde un parc pour que vous puissiez vous aussi virer vos premières brosses et fumer un petit joint lorsque vous serez ados. On vous garde un lieu magique pour que vous puissiez vous détendre, faire des projets avec des amis, rêver à un monde meilleur et tout aussi vert que l’endroit où vous foulez les pieds. On vous préserve un terrain pour que les enfants de vos enfants puissent eux aussi bénéficier de la nature, d’une aire de quitéude ou d’un lieu de rencontre, tout comme vous avez pu en profiter vous-mêmes.

On va replanter les arbres coupés

Personne n’est inquiet pour les arbres coupés. Des arbres ça repousse point à la ligne. Certaines espèces atteignent facilement 50 pieds en 10 ans.

Ça va coûter cher un terrain

Oui, le coût pourrait être élevé. Sauf que par citoyen ou par unité résidentielle, c’est négligeable. En plus, si nos politiciens et l’administration municipale adoptaient une saine gestion et renonçaient à leur légendaire complaisance envers les promoteurs de l’Île-des-Soeurs, ça ne coûterait rien.

Une école de quartier

Tout le monde reconnaît les mérites de l’école de quartier. Cela fait l’unanimité. Par ailleurs une école primaire à Verdun, ce n’est pas le goulag. C’est même une solution temporaire qui a ses mérites. Pour l’avoir vécu, certains parents de l’île développent une lassitude vers la cinquième ou la sixième année primaire de leur enfant. L’île est un milieu fermé et la fréquentation d’une autre institution est souvent vécue comme un ressourcement. Combien de fois entend-on dire de la part de parents de l’île, il était temps de passer à autre chose, lorsque leur enfant arrive enfin au secondaire et ce en référence au milieu social homogène de l’île. C’est d’ailleurs un élément qui motive plusieurs parents à envoyer leur enfant dans une école de Verdun dès la sixième année dans le cadre de programmes scolaires spécifiques.

Contamination au parc de la Fontaine

Oui, il y a de la contamination au parc de la Fontaine. Probablement mineure. Des hydrocarbures. C’est publiquement répertorié sur le site du Ministère du Développement Durable de l’Environnement et des Parcs. Personne n’est offusqué de cela, sauf peut-être un petit maire lorsqu’on ose lui poser la question. La mèche est courte pour celui qui navigue maintenant avec un fort vent de proue.

Situation géographique du parc de la Fontaine sur l’Île-des-Soeurs

Le parc de Lafontaine est situé dans une zone densément peuplée. Il est aux abords d’un des plus grands projets résidentiels de la région montréalaise. C’est une bouffée d’air vert qui fait le contrepoids aux immenses masses de béton que sont Les Verrières. Aussi, comme il a été déjà dit dans un texte précédent: le parc de Lafontaine est là en vertu d’une Loi et d’une cession de terrains qui en perennisent l’existence. Changer la vocation du parc de la Fontaine est l’expropriation d’un bien inestimable que les citoyens ont hérité en fonction de l’aménagement du territoire.

Censure dans les médias

Dernière en liste, le seul média qui rejoint hedomadairement les insultaires a suspendu les lettres d’opinion venant des résidents. Le seul message véhiculé est celui qui mène à la destruction du parc de Lafontaine. Niet, plus personne n’a droit de parole. Seul un camp est favorisé dans la promotion de sa position. On a supendu le droit de dire des opposants. Comme le répète souvent l’homme, on a rien à cacher, sauf peut-être ce que nos adversaires veulent exprimer? C’est triste, mais cela ajoute à la motivation des gens pour aller signer le registre le 26 octobre prochain.

Le Canard

Advertisements

2 Responses to “ÉCOLE ÎLE DES SOEURS DANS LE PARC DE LA FONTAINE – DES ARGUMENTS MOUS ET QUELQUES PRÉCISIONS”

  1. Anonymous October 25, 2011 at 11:04 am #

    Un article très bien écrit… mais totalement mensonger.
    Par où commencer ? Premièrement, comment pouvez-vous dire que les enfants de l’Île-des-Soeurs passeront entre 8 et 11 minutes dans l’autobus pour faire le trajet ? S’agit-il d’un autobus supersonique ou du fruit de votre imagination ?
    L’autobus devra dans un premier temps faire le tour de L’Île-le-des-Soeurs, puis emprunter le corridor du Pont Champlain, en pleine heure de pointe, pour ensuite déposer les enfants dans plusieurs écoles différentes de Verdun (bien oui, probablement que votre pensée supersonique a oublié ce petit détail).
    Le parc de la Fontaine contaminé ? C’est effectivement ce que les opposants on tenté d’argumenter pour alimenter la peur. La réponse a été publiée dans le Magazine de l’Île-des-Soeurs et depuis on n’en entend plus parler… sauf ici sur votre blogue.
    L’APRIDS ? Effectivement au printemps dernier le projet présenté ne plaisait pas vraiment à L’APRIDS, mais une fois le travail du comité présenté, l’APRIDS a étudié le dossier et a annoncé sa position.
    Le parc de la Fontaine est une bouffée d’air frais à l’île ? Comptez-vous le stationnement dans cet espace vert ? L’école sera construite sur le stationnement et le parc à chiens (et leurs maîtres). Le parc à chiens sera relocalisé et agrandi… donc le lieu de rencontre et d’échange, pour utiliser vos mots, sera encore plus grand.
    Les médias ? Vous omettez de mentionner l’article de François Cardinal de la Presse ?
    Je pourrais continuer comme ça longtemps… La libre expression est une chose merveilleuse, mais écrire n’importe quoi, c’est franchement déplorable.

  2. Anonymous October 25, 2011 at 7:08 pm #

    La source pour le temps du trajet est Google Maps entre le 550 Place de Lafontaine (parc de Lafontaine – point de ralliement des marcheurs) et le 454 rue Caisse (école Notre-Dame-de-la-Paix). Pour y aller la distance est de 4,2 km et la durée du trajet est de 9 minutes. Pour en revenir, la distance est également de 4,2 km et la durée du trajet, un peu plus courte, est de 8 minutes. Liens: http://bit.ly/sSeRkN et http://bit.ly/tJ0L2u
    En ce qui concerne l’APRIDS, la question serait aussi de savoir au nom de combien de résidents elle parle? Combien a-t-elle de membres en règles? Indépendamment du chiffre, son dérapage demeure tout autant incompréhensible.Je n’ai pas lu l’article de François Cardinal. Ce journaliste n’aime pas tellement les gens de l’Île-des-Soeurs si on se réfère à ses articles passés.
    Merci d’avoir pris le temps d’écrire vos commentaires sur le blog montreallons.com
    Le Canard

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: